Lorsque vous partez à la recherche d’un crédit immobilier, il faut savoir que la banque dispose d’une forte marge de négociation sur le taux de crédit. Il existe d’ailleurs dans le domaine 4 à 5 grilles tarifaires différentes dans chaque établissement bancaire que vous allez rencontrer ; Il convient donc de bien réfléchir à la manière dont vous allez avancer dans cette négociation en sollicitant les conseils d’un courtier en crédit immobilier très zen. 🙂

Être zen dans la négociation du crédit immobilier

Cela commence par le fait de travailler au nettoyage de ses propres comptes bancaires. Si vous êtes régulièrement à découvert, inutile d’espérer un regard approbateur de votre banquier. Il risque d’ailleurs vous proposer des taux plus élevés que la moyenne alors que ceux-ci sont parmi les plus bas du marché actuellement.

Bien évidemment, si vous êtes client de l’établissement en question et que vos comptes ne présentent pas de découverts dans la durée, le banquier pourra se contenter d’observer les trois derniers mois. Songez à présenter ces éléments pour mieux négocier votre prêt avec l’aide de votre courtier. Si vous êtes nouveau, il est possible que vos comptes soient épluchés depuis 6 mois.

Il est important de ne dissimuler aucune information à la banque !

Faut-il accepter la domiciliation des revenus pour bénéficier du meilleur prêt négocié ?

L’ordonnance relative aux offres de prêt immobilier conditionnées à la domiciliation des salaires ou revenus assimilés de l’emprunteur sur un compte de paiement du 1er juin 2017 est venue encadrer ces principes. Depuis le premier janvier 2018, les banques qui imposent la domiciliation des salaires pour accorder un crédit doivent clairement informer l’emprunteur sur la nature de l’avantage consenti en échange. Ainsi, si une banque décide de cous accorder un rabais de 0,10% sur un taux de crédit en contrepartie de la domiciliation, elle doit parfaitement vous le stipuler ; Cette domiciliation est limitée dans l’engagement à 10 ans sans pouvoir excéder la durée du prêt.

Vérifiez bien que la contrepartie est à la hauteur, notamment avec une réflexion sur le montant de l’assurance emprunteur avant de vous engager !

Si vous partez avant la fin du crédit, la banque est en droit de vous mettre des pénalités et surtout de vous supprimer l’avantage consenti lors de la négociation. Les échéances restantes sont ainsi peut intéressantes. Précisons enfin que dans la délivrance de l’information au client, lors de la négociation du prêt, la banque se doit de préciser la clause de domiciliation précisément et les frais d’ouverture et de tenue de compte sur lesquels les salaires sont domiciliés.

Comme un crédit vous engage dans la durée, il s’agit avant tout de bien préparer la négociation avec l’organisme financier. Si assurer et épurer ses comptes bancaires est important, montrer une capacité de financement efficiente sera bien également utile à la réalisation de votre projet immobilier.

[Total : 1    Moyenne : 5/5]
Catégories : Blog Crédit Immobilier