Les banquiers ou les courtiers que vous rencontrez ont avant tout besoin de connaître votre profil de consommateur et d’acheteur de leur offre de crédit immobilier. La solvabilité et le maître-mot mais il sera intéressant de montrer un parcours professionnel solide et stable. La stabilité est en effet très prisée par ceux qui vous proposent d’emprunter. Revenons ensemble sur les moyens de bien préparer sa demande d’emprunt.

Bien nettoyer l’endettement personnel pour préparer une demande de crédit

Vous ne pourrez raisonnablement acheter un bien immobilier à l’aide d’un crédit du même nom si vous ne prenez pas soin d’assainir votre trésorerie. N’oubliez pas que les banques et organismes prêteurs sont libres d’accorder ou de refuser les crédits sans avoir à vous en justifier la décision.

Faire l’analyse de la solvabilité du débiteur potentiel

L’endettement doit être techniquement équilibré et il convient en matière de solvabilité de constater que « les obligations découlant du contrat de crédit seront vraisemblablement respectées conformément à ce qui est prévu par le contrat ».

Un crédit, qui plus est un crédit immobilier vous engage sur de nombreuses années et il semble de bon sens de vérifier que l’emprunteur ou les co-emprunteurs pourront être en mesure de rembourser ce dernier chaque mois durant la période.

Les 5 étapes initiales pour la préparation de demande de crédit immobilier

Nous sommes sur des projets assez importants en termes de coût d’acquisition. En effet, acheter un bien immobilier implique de financer la maison ou le bien en question, les travaux éventuels, les frais d’actes notariés, les frais de négociation avec une agence, le notaire ou tout autre intermédiaire concerné.

  • 1ère étape : Avant même de vous tourner vers votre organisme bancaire ou vers le choix d’un courtier, calculez le budget total de l’acquisition en y intégrant l’ensemble des frais pour votre installation (ou pour la mise en location).
  • 2ème étape : En ayant estimé votre budget total d’acquisition, vous êtes en mesure d’établir une première estimation de vos besoins de financement. Évaluez dès lors votre capacité de remboursement. Cette seconde étape est souvent difficile à estimer, y compris en usant d’outils de simulations ou d’une calculette de prêt immobilier. Mais au fond, ce qui compte réellement, c’est combien vous souhaitez consacrer chaque mois au remboursement de votre crédit immobilier.
  • 3ème étape : A partir de là, en fonction de vos revenus, il devient beaucoup plus simple d’estimer la somme à emprunter. Comme la somme à emprunter est nécessairement corrélée à celle du financement de l’acquisition, il ne reste que deux variables d’ajustement que sont la durée et le taux débiteur.
  • 4ème étape : La durée du crédit. Plus la durée est grande, plus le coût du crédit global du crédit augmente. Mais au-delà du taux qui est une variable essentielle, l’assurance emprunteur est souvent sous-estimée alors même qu’elle fait partie intégrante des mensualités que vous allez rembourse.
  • 5ème étape : Se fixer sur un taux comme proposition au banquier. Montrez lui que vous êtes au courant des pratiques actuelles mais si la durée ne dépend que de vous, le taux dépend lui du prêteur.

Pour être efficient donc dans votre demande de crédit immobilier, déterminez la mensualité à rembourser et la durée de remboursement pour fixer le montant à emprunter qui sera nécessaire à votre financement. Ensuite, si cela paraît cohérent, partons à la recherche du meilleur crédit !

Votre courtier ou votre organisme de financement bancaire va effectuer immédiatement les évaluations précédentes et analyser la solvabilité client. Pour être tout à fait exhaustif, le banquier ou le courtier s’intéresse aux informations relatives aux revenus et dépenses, au patrimoine également.

Préparer une demande de crédit immobilier comme une entreprise présente un bilan

Les entreprises du secteur privé ont besoin de présenter des bilans pour solliciter des financements dans le but d’investir. En tant que particulier, que vous ayez un objectif d’acquisition de bien immobilier à titre principal ou pour du locatif, nous vous invitons à faire le point sur votre situation patrimoniale. Un patrimoine privé comporte en effet des actifs (le plus souvent de l’épargne) et des passifs (des dettes dont parfois des crédits à la consommation, des crédits auto, etc.)

Faites le bilan de votre situation patrimoniale !

L’une des bonnes techniques pour emprunter un crédit immobilier est de solder les crédits à la consommation venant alourdir la charge de remboursement mensuelle est le fait de solder ceux-ci. On utilise par exemple pour cela la technique du regroupement de crédit pour diminuer cette charge au prix d’un coût plus élevé au global.

Surveillez votre capacité d’emprunt !

La capacité d’emprunt, quant à elle, va s’apprécier au moyen du taux d’endettement. Quelle part représente les remboursements dans les revenus mensuels de l’emprunteur ? Voilà une question à la quelle il vous faut vous préparer. Psychologiquement et de manière traditionnelle parfois, il est considéré qu’un taux d’endettement supérieur à 33% n’est pas bon. C’est un mythe, une approche qui pourtant reste prenante dans l’esprit de nombreux financeurs et intermédiaires en crédits.

Soigner son parcours professionnel et enjoliver sa capacité à être stable pour obtenir un crédit immobilier

Les banques et organismes prêteurs raffolent plus des contrats à durée indéterminée que des autres types de contrats, c’est vrai. Toutefois, rien n’est fini si vous avez un contrat à durée déterminée ou si vous êtes à votre compte. Au-delà de la capacité de remboursement, les organismes bancaires prennent la mesure de l’étude de la pérennité de vos revenus. La fonction publique est ainsi bien lotie pour l’obtention d’un prêt.

Bouger plus en vue d’avoir de plus gros gains, ce qui est le bon sens dans une vie professionnelle, l’est paradoxalement moins pour les banquiers. Ces derniers aiment ce type d’ancienneté :

  • La durée d’une carrière (la longévité dans un métier donné idéalement dans la même entreprise),
  • L’ancienneté de votre compte bancaire pour la fidélité,
  • L’ancienneté du domicile y compris comme locataire.

Pensez également à épargner, même un peu, pour montrer à votre interlocuteur que vous avez une volonté de stabilité e de durabilité dans la gestion de votre portefeuille. Évitez d’avoir des découverts dans les derniers mois, cela paraît également une évidence.

Concernant l’épargne que vous avez, c’est une promesse également pour le financeur d’espérer un financement participatif de votre part. Un apport personnel doit au moins couvrir les frais d’acquisition immobilière (dans la plupart des cas rencontrés, autour de 8 pour cent du total pour l’ancien). Si vous avez été inscrit au fichier FICP (Fichier central des Incidents de paiements) à la suite de découverts bancaires, demandez à l’établissement qui vous y a inscrit de vous désinscrire.

Réunissez tous les justificatifs nécessaires, y compris les devis pour travaux, les attestations d’activités professionnelles, votre situation bancaire et professionnel.

[Total : 1    Moyenne : 5/5]
Catégories : Blog Crédit Immobilier